Notions et approche de la douance

Mais qu'est-ce que c'est que ceci ? Parlons-nous d'intelligence ? Existe-t-il plusieurs définitions de l'intelligence, plusieurs approches ? 

Et bien commençons par le début pour répondre à ces questions. 

Tout d'abord, du point de vue de la langue française, le Larousse précise que l'intelligence est l'aptitude d'un être humain à s'adapter à une situation, à choisir des moyens d'action en fonction des circonstances. Et lorsque l'on parle du terme surdoué, Wikipédia fait référence aux personnes à haut potentiel désignant un individu doté de capacités intellectuelles significativement supérieures à la norme.

L'intelligence se mesure selon différents critères d'évaluations. Cependant aujourd'hui, ces critères ne font pas l'unanimité. En effet, (et malheureusement je trouve), deux mondes s’affrontent autour de la définition de l’intelligence et du coup aussi, en matière d'accompagnement.


La première vision est l’approche disons académique, la plus répandue. Elle se concentre autour du test de QI ou quotient intellectuel que l'on nomme le WAIS-IV.  Si vous vous êtes déjà intéressé(e) au sujet, vous avez déjà sans doute entendu parler de ces termes.

Ce test permet d’affirmer, selon le résultat chiffré (QI), si vous êtes haut potentiel intellectuel (HPI) ou non. Il se concentre sur une partie des facultés que chaque individu possède, et notamment les facultés cognitives comme la compréhension verbale, le raisonnement perceptif, la mémoire de travail, et la vitesse de traitement de l'information. Le test est délivré uniquement par des professionnels habilités de l’ordre des médecins (psychologues, psychothérapeutes, psychiatres, neuropsychiatres...). Ces professionnels accompagnent alors leur patient en les soumettant à une batterie de tests. Puis selon les grilles de référence, le QI est déterminé. 

L'avantage de cette méthode est qu'elle est avérée et reconnue. Mais sa limite est que, seule, la partie cognitive du patient est abordée. En effet, elle ne prend pas en compte la vie du patient, ses capacités émotionnelles, ni ses facultés comportementales. 


Et puis, deuxièmement, il existe l'approche, plutôt holistique. Cette approche part du principe que l’intelligence n’est pas uniquement cognitive, ni logico-mathématique (contrairement au test de QI) mais qu’elle s’entend aussi au travers de l’intelligence émotionnelle et d’autres facultés comportementales. Ainsi le patient est testé sur la manière dont il utilise ses émotions pour résoudre des problèmes, en plus des tests cognitifs.

Le but de cette méthode est d'aborder un large éventail de capacités cognitives, comportementales et émotionnelles. Aujourd'hui, cette approche n'est pas reconnue par l'ordre des médecins. Mais elle permet de prendre en considération l’humain et ses facultés dans son ensemble.


Au Cabinet, la méthode choisie est la méthode holistique.

En effet, je pars du principe que vous n'êtes pas que réflexion cognitive mais vous êtes aussi, comme moi, émotif/ve et que vous avez vos propres réactions qui constituent votre comportement.

Je vous laisse donc découvrir ce que le Cabinet propose autour du sujet.